Je vous ai déjà parlé des liseuses électroniques à travers le sondage sur les liseuses électroniques (vous pouvez toujours y répondre ;)) que j’ai mis en place il y a quelques semaines. C’était sans savoir que le sujet serait traité dans l’émission Capital de dimanche dernier.

Liseuse électronique : reportage de Capital sur M6

J’ai donc annoncé le passage de ce reportage sur la page Facebook de Bento Blog (suivez-moi sur Facebook pour être au courant de tout ce dont je parle !). Dimanche dernier, j’ai donc regardé ce reportage en me demandant si on allait encore nous présenter le livre électronique comme « l’ennemi » du livre papier. Et bien non ! C’était assez intéressant de commencer le reportage en montrant une férue de lecture (plus de 6000 livres dans son appartement) qui lisait maintenant avec une liseuse électronique. Ouf !

Vous pouvez revoir le reportage en suivant ce lien : http://www.m6replay.fr/#/info/capital/42386

Le reportage n’entre pas dans tous les détails auxquels on pourrait penser, notamment quant à l’utilisation des DRM (sorte de « cadenas » sur les livres électroniques qui limite leur échange), sujet difficile à aborder dans un reportage grand public (et pourtant c’est quand même un point critique pour l’achat d’une liseuse électronique comme Kindle ou Kobo)…

Liseuse électronique : le coût du livre numérique face au livre papier

Le sondage sur les liseuses électroniques et surtout vos commentaires sur le sujet avaient bien mis en avant le point dur du passage à la liseuse électronique : le prix des livres électroniques comparé au prix du livre papier, que ce soit de poche ou non. Capital met bien le doigt sur ce problème, en mettant en avant le fait que le livre de poche doit rester moins cher que le livre numérique. J’ai bien aimé la représentation du coût du livre, qu’il soit numérique ou papier et voir la différence de marge que se fait l’éditeur avec le passage au numérique.

Voici les images dont je parle. Le coût d’un livre papier tout d’abord : fabrication, distribution, marketing, auteur, libraire et la marge brute restante pour l’éditeur.

Ensuite, le coût d’un livre numérique : stockage, marketing, auteur, libraire et la marge brute de l’éditeur. Aucune fabrication (numérique oblige), pas de distribution.

Il suffit alors de comparer la marge brute que se fait l’éditeur pour un livre papier face à un livre numérique actuellement :

C’est bien ce qu’on avait pressenti dans le sondage sur les liseuses électroniques avec les prix actuels des ebooks. L’éditeur se fait une marge brut bien supérieure sur le livre numérique malgré un prix un peu moindre que pour le livre papier… Ce problème est beaucoup moins visible quand on achète un livre numérique en anglais et donc sur un site américain.

Et vous, vous avez regardé ce reportage de Capital sur la liseuse électronique ? Vous en avez pensé quoi ?

4 COMMENTAIRES

  1. Le seul problème, c’est que c’est un reportage biaisé : beaucoup de points n’ont pas été abordé, beaucoup de choses survolées ou amplifiées, bref, du pur M6.
    Par exemple, il manque le coût de fabrication du livre numérique (qui existe, si, si), il oublie que l’éditeur apporte réellement un savoir faire et prends tous les risques financiers, sans parler de ne pas préciser que pour quelques succès d’auto-édition, il y a beaucoup d’auteurs qui ne vendent peu ou pas…
    J’ai vu beaucoup d’échos sur le web de gens qui ont trouvé ça sidérant de clichés et de non-dits. Dommage, car le sujet était intéressant, et il aborde la vraie question de pourquoi un livre numérique serait plus cher qu’un livre papier (une hérésie à mon avis).
    Mais bon, après tout, on pouvait s’en douter, hélas il faut faire du « sensationnel » quitte à mentir un peu et à créer des raccourcis.

    • C’est sûr qu’il y a tellement de choses à dire sur ce sujet que c’était obligatoirement réducteur (du M6 comme tu dis :P). Mais je ne m’attendais vraiment pas à avoir un reportage pas trop « papier vs numérique le combat » que je l’ai trouvé pas si inutile. Et on ne parle pas tant que ça des liseuses électroniques à la télé.

      Et tu as raison, il a un coût de fabrication pour le livre numérique, et je dirais aussi de « conversion » dans le sens où il faut convertir le livre dans tous les formats de livres numériques : mobi, epub,… Ce qui n’est pas gratuit. A moins de savoir le faire soi-même.

      Pour le cas de l’auto-édition, je me souviens de Stephen King qui avait tenté de vendre un livre numérique à 1$ sur le net et ça n’avait vraiment pas marché !!! Mais je trouve tout de même que c’est une bonne chose de pouvoir au moins ouvrir l’horizon pour l’auto-édition même si c’est loin d’être parfait. On est en France et je pense qu’il faut y aller doucement, c’est encore trop récent (à mon avis).

      Je pense qu’il faut quand même se « réjouir » qu’on parle du sujet même s’il reste beaucoup, beaucoup de choses à dire, comme le sujet des DRM ou l’impossibilité de prêt, etc…

  2. Je n’ai pas vu le sujet et je pense que je vais le regarder sur le Replay, car je me suis posé la question.
    En effet, j’ai commencé à me demander si c’était bien. Est-ce que j’apprécierais de livre sur cet appareil.

    Etant un peu geek, la nouvelle technologie j’adore. Mais toucher les livres, manipuler le papier c’est aussi une sensation que j’adore en lisant.

    J’aime les livres.

    Le problème c’est que je m’interdit souvent certains achats de livres car trop gros à balader tous les jours dans le métro et qu’une liseuse c’est toujours le même poids peut-importe le nombre de pages ^_^

    Voilà, donc ça me trotte dans la tête, mais je n’ai pas encore fait la démarche de me renseigner sur les prix des liseuses, ni les différents modèles.

    En tout cas j’en vois de plus en plus dans le métro et l’écran m’a frappé. Habituée au écran brillant (iPhone, MacBook, TV Ecran plat,…), je ne m’attendait pas à un écran mat dont l’aspect ressemble au papier calque. Ce qui permet d’un côté, de se rapprocher de l’aspect du livre papier.
    Le reportage me permettra peut-être d’avancer dans ma réflexion.

Répondre