Les étudiants et les bentos

Les étudiants et les bentos

Pour ce post, pas de bento mais juste une réflexion sur les bentos et les étudiants, et plus généralement les étudiants et la nourriture…

J’ai vu hier que Mook avait répondu à une interview sur le bento sur le site des studyvores (site sympa que j’ai découvert grâce à cette interview). Cette interview m’a posé la question de l’attrait possible du bento pour les étudiants. Je suis moi-même étudiante, je fais des bentos mais je ne représente pas la majorité des étudiants.

C’est vrai que je n’ai aucune idée du nombre d’étudiants qui se font eux-mêmes à mager le midi. Je ne pense pas avoir vu sur la toile (dites-le moi si je me trompe) beaucoup d’étudiants montrant leur bentos quotidiens. La plupart des gens de la communauté bento travaillent déjà… et c’est, selon moi, un point important concernant l’attrait relatif du bento pour les jeunes. Je reste donc relativement critique par rapport à l’utilisation des bentos par les étudiants. Je m’explique…

En règle générale, les étudiants font souvent leur choix parmi quelques options pour se restaurer (souvent caler l’estomac) le midi, tout ça dans un temps relativement court (1 heure au grand maximum) :

– on connaît tous le Restau U et sa file d’attente (comptez au minimum 30 minutes pour avoir (enfin) son repas qu’il faudra ingurgiter en 10 minutes). 2€90 par repas en moyenne, c’est pas cher, c’est sûr, mais est-ce que c’est bon ? Ben pas toujours, mais au moins on mange assis… Et les côtés variés et équilibrés laissent aussi souvent à désirer.

–  les sandwichs : plus rapides à avoir qu’un repas au RU mais pas donné pour autant (comptez dans les 5-6€ au minimum). C’est pas mal les sandwich, ça cale bien mais c’est cher à la longue !

– dans le même style, pourquoi pas le fast food du coin? On mange chaud, bourratif comme on a besoin pour faire travailler ses méninges jusqu’au dîner mais on peut pas dire que les hamburgers habituels soient des plus « goûtus »… Dans le même style en un peu plus sain, on a aussi les boutiques à pâtes, à salades,etc…

– les plats préparés : C’est une pratique très répandue dans mon école grâce à un micro-ondes mis à la disposition des élèves ; on amène son plat préparé, on le réchauffe et on mange. Les plats préparés c’est le must de la facilité, pas de cuisine à faire, pas de vaisselle à laver. On chauffe, c’est prêt en quelques minutes… Mais ça reste quand même cher pour ce qu’on trouve à l’intérieur.

Pour avoir eu plusieurs discussions (enflammées) sur le sujet avec d’autres étudiants, ce n’est vraiment pas le goût qui prime dans le repas du midi (et souvent même du soir). Le plus important reste la facilité, la rapidité et le prix de la nourriture. Rester 2 heures derrière son fourneau (ou ses 2 plaques électriques pour les vrais étudiants), c’est pas le truc de la majorité des étudiants. Prévoir ses repas à l’avance, faire les courses, c’est encore moins sympa. Dans ces conditions, on comprend facilement l’engouement pour les plats préparés, sandwichs…

Je pense donc que le choix d’utiliser une lunchbox doit s’accompagner d’une envie de manger sainement, de savoir ce qu’on a dans son assiette et encore plus de cuisiner et de prendre le temps de cuisiner. Voilà pourquoi je reste sceptique quand à l’utilisation du bento par les étudiants en général. Hormis le problème de l’envie de cuisiner, il faut également du temps pour cuisiner et préparer son bento (même si ça ne prend pas souvent 1 heure). 1 heure quand on doit réviser, travailler, ça peut peser dans la balance… Mais il faut également s’organiser pour préparer des bentos, savoir à l’avance ce qu’on va y mettre. La plupart des étudiants vit « au jour le jour » et c’est difficile de devenir organisé du jour au lendemain !

Même si je reste sceptique pour la majorité des étudiants, j’ai dans mon entourage des étudiants comme moi qui prennent du plaisir à cuisiner et à préparer des bentos. Je pense juste que passer au bento n’est pas juste une simple envie de manger moins cher ou mieux, il faut également un changement complet et durable (le plus difficile) dans son organisation personnelle et son rapport à la nourriture.

Ce long post explique mon avis personnel sur la question et j’attends les vôtres avec impatience ! Demain, ce sera retour au bento quotidien !

17 COMMENTAIRES

  1. Bonjour! Depuis 4 ans je n’ecrive pas en francais, pardonnez moi si je me trompe!
    Je ne suis pas moi-même étudiante, mais j’ai 2 petits enfants chez moi. Je dois naturellement chaque jour créer quelquechose a manger pour les deux et moi-même. Avant « bento » nous avons mangé tous les jours pates, du fromage et du choufleur vert (brocolli?!) mais c’était ennuyeux. On a maintenant plus de choix, et plus de couleur, et j’espere plus de la nourriture avec ces beaux bentos! Je veux dire « benteaux!! » :o) A mon avis, C’est facile a dire que quand on fait soi-meme quelquechose a manger en place d’acheter, c’est moins cher. Mais de temps en temps, quand on n’a pas bien préparé avant et on a « panique » c’est un dommage mais on doit acheter quelquechose assez cher.

    • Ton français n’est pas si mauvais que ça, loin de là !
      Indeed, I agree with you about the fact that you need to be organized to make bentos. The great about bentos also is the fact that you always try to make it pretty to look at, it’s more appealing when you are eating :). Thanks for the comment, you have a great blog by the way!

  2. je pense que tu as vu juste sur beaucoup de points.

    Mais détrompe-toi sur une chose: on a moins de temps quand on travaille que quand on est étudiant. Et c’est une fille qui a eu 39h de cours par semaine et un mémoire de 600 pages à pondre sa dernière année à la fac qui parle.

    « Le problème » ne vient pas de là à mon avis. Un manque d’éducation à la pratique de la cuisine, ça oui. A savoir, combien de jeunes cuisinent avec leurs parents, pour leurs parents avant de quitter la maison? très peu. On ne sait pas cuisiner, on ne connait pas les produits, on ne sait pas que les choses peuvent être très simples, rapides et économiques, et pour soi tout seul, ce n’est pas motivant. Bien entendu, quand on a la chance d’avoir son appart, c’est plus facile qu’en cité u, il y a ça aussi.

    La nourriture à emporter ou plats cuisinés, quels qu’ils soient, est toujours plus chère que la cuisine faite maison. L’argument économique ne tient pas. En revanche, on a l’impression que c’est moins cher. Perception erronée.

    Quand j’étais à la fac (et crois moi j’y suis restée longtemps), j’amenais ma propre nourriture, parce que j’avais déjà besoin de choisir. Je ne cuisinais pas spécialement, mais je me faisais beaucoup de salade, des thermos de soupe…
    Là où ça se corsait: aucun lieu pour prendre mon déjeuner. Soit je me planquais au fond d’amphis où se déroulaient des cours et je mangeais en silence, soit je trouvais un coin, souvent par terre dans un couloir.
    Ca aussi, c’est à revoir, pour inciter à manger autrement.

    Mais c’est pas gagné!

    mais ce que tu dis me parait très juste sur les pratiques alimentaires des étudiants.

    • Je trouve que tu as en effet raison par rapport à l’éducation. Certes, comme je l’ai dit dans mon post, on a besoin d’aimer « relativement » faire la cuisine pour se faire des bentos, il faut aussi, comme tu l’as justement remarqué, avoir eu cette éducation de la cuisine plus jeune. C’est tout à fait vrai et j’avais oublié ce point ! J’ai toujours eu l’habitude de cuisiner avec ma mère (et même ma grand-mère), l’aider à faire à manger. J’étais donc souvent derrière les fourneaux petite, même si je ne touchais pas toujours la casserole ou la poêle :P. Je n’ai pas été élevée aux plats congelés ou préparés, c’est peut être ça qui permet également d’avoir un minimum d’attrait au goût des choses et de placer la nourriture sur un autre plan que juste se remplir l’estomac pour survivre… Dans une vie de plus en plus active, stressante et rapide du « métro-boulot-dodo », je pense que le repas perd facilement sa place et devient vraiment annexe et accessoire pour la plupart des gens.

      Les plats préparés ont vraiment la côte dans mon école, mais c’est vrai que quand on regarde vraiment ce qu’il y a dedans, on se dit qu’on achète juste de l’eau et du gras (en tout cas pour les moins chers, c’est sûr !). Cet essor des plat préparés reflète seulement la perte de la place du repas dans la vie quotidienne…

      Par rapport aux universités, je crois qu’il vaut mieux éviter le débat :P. Trêve de plaisanteries, il n’y a aucun espace de vie digne de ce nom dans nos universités délabrées. On mange comme on peut, où on peut et on se retrouve souvent dehors… La chance que j’ai c’est d’être dans une école d’ingénieurs, un plus gros budget et donc un micro-ondes ;). Mais c’est vrai qu’il faudrait totalement repenser les universités pour permettre aux étudiants et leur donner envie de manger sainement. Et comme tu le dis, c’est loin d’être gagné !

      Merci en tout cas d’avoir pris le temps d’écrire ce commentaire, tu as ajouté des points non négligeables à ce que j’avais dit et la réflexion a bien avancé ;).

  3. Intéressant comme réflexion !
    Effectivement se faire de bento, ça suppose aimer faire à manger… sinon tu fini vite par tourner en rond, et a revenir à des plats à emporter.
    Concernant les plat préparés plus ou moins cher que du fait maison… je pense que ça dépend de la quantité réalisée. En effet un menu type raviolis, gratins… coûte moins cher a faire soi même, si on peut stocker les excédents au congélateur… et quand on est étudiant, on a pas vraiment ce matériel là je pense.
    Après une salade ou un sandwich, ça me parait évident que c’est moins cher de le faire soi-même ! Mais le « problème » que j’avais à préparer à l’avance, c’est que je ne savais jamais trop à l’époque si j’allais manger toute seule par terre (même problème dans toutes les facs on dirait !), ou avec des amis à la cafet’ ou au RU, ou chez un pote… Bref, pas évident de toujours prévoir. Se pose aussi le problème du stockage réfrigéré, ou du micro-onde.

    • C’est vrai qu’on sait jamais à l’avance ce qu’on va faire dans la journée et où on va manger… Manger par terre c’est pas le mieux, d’où la nécessité de « rénover » les universités françaises…

  4. Hello!
    Je viens de tomber sur cette réflexion que je trouve très intéressante aussi. Je suis comme toi étudiante, et je me fais des bentos depuis le mois de décembre. J’en apporte à la fac 2jours /3 en moyenne, 3/3 quand je peux. J’ai choisis ça parce que je trouve le bento ludique, pour son prix mais aussi et principalement pour me faire plaisir. Les repas de RU, ça va bien mais comme tu dis c’est rarement équilibré, parfois pire qu’un fast food quand tu es obligé de prendre des féculents à tous les repas si tu veux pas t’étouffer avec des carottes vichy à l’eau. Comme je suis une gourmande, les bentos me permettent de choisir mes ingrédients, et d’essayer d’équilibrer au maximum mes menus tout en me faisant plaisir. Et je vous dis pas la tête de mes camarades chaque midis, ils me disent eux mêmes « c’est trop bien de manger avec toi pour voir ce qu’il y a dans ta boite! » et moi je rigole a les voir triturer leurs assiettes qu’ils ne finissent pas souvent dans laquelle il est rare que tous les plats soient bons le même jour. La conversion approche^^
    Pour revenir à l’éducation, à la source! En fait, je suis une hybride : plats surgelés et pâtes la semaine, mais petits plats cuisinés le week-end. Mais je crois que c’est ma gourmandise qui m’a menée à faire des gâteaux, depuis la maternelle, puis de plus en plus, et jusqu’à maintenant, je fais beaucoup de pâtisserie, mais dans un bento il faut bien de tout, alors je m’y mets aussi au salé!
    Pour finir retour sur la fac : moi un des problèmes que je rencontre c’est pas forcément un problème d’endroit ou manger, mais surtout pur réchauffer les bentos. Soit je vais avec mes amis manger au RU et dans ce cas là je me fais discrète et je profite des micro ondes de là-bas, soit on reste à la cafèt et là déjà : je risque de me faire jeter parce que j’ai rien acheté, et je peux pas faire réchauffer pour la même raison. Au début je faisais réchauffer par mes amis qui prenaient des sandwichs mais la ruse a pas fait long feu et je peux plus le faire. Parce que bien sûr on peut trouver pleins de trucs à manger froid, mais l’hiver, c’est plus compliqué et on a bien envie de se réchauffer avec une petite soupelette…
    Enfin pour la cuisine et la prévision : étant toujours chez mes parents ça pose pas de soucis, ya pas mal de restes, et je peux congeler ce que je cuisine le week-end, mais quand je bougerai dans une chambre U l’an prochain ça sera pas la même affaire, on verra à ce moment là…

    Désolée pour le commentaire pas très construit, mais je l’ai écrit en plusieurs fois et au fier et à mesure des idées…

    • Coucou et bienvenue tornadeverte.
      Je te remercie sincèrement pour ce généreux commentaire très instructif et qui permet de voir les expériences de chacun !
      Je vois que l’effet bento reste toujours le même auprès de l’entourage, c’est bien si t’arrives à en convertir quelques uns. Le problème du micro-ondes reste malheureusement un gros problème, surtout en hiver comme tu le dis. J’ai donc droit au grand luxe dans mon école avec un micro ondes ;). Il faudrait monter un front « Un micro-ondes pour ma fac » pour qu’ils en achètent un (ça coute tellement cher) pour tous ceux qui ont envie d’amener à manger. Mais on peut toujours rêver je crois… Bon courage pour la suite alors !

  5. Bonjour!
    Je suis étudiante à Toulouse et convertie au bento depuis quelques mois déjà. Je pense que cuisiner chez les étudiants ca n’est vraiment pas pour la plupart un problème de temps (avec 17h de cours par semaine, oser dire ne pas avoir le temps de cuisiner…) mais vraiment une question d’envie et d’habitude. J’ai été élevée dans une famille dans laquelle le fait de manger équilibré et sain est d’une grande importance. Je tente moi même de reprendre le flambeau de l’équilibre alimentaire avec plus ou moins de succès. Pas facile face à la tentation des pizzas et des khebab, mais on y gagne vraiment beaucoup. Les bentos, ca permet d’allier plaisir et équilibre et cela a moindre coût! J’en fait aussi pour mon copain qui est ravie de profiter de mon engouement pour ces petites boites! C’est ludique, assez rapide à préparer et on a vraiment beaucoup de plaisir à manger le lendemain quand on sait les jolies choses que l’on a à manger!! J’espère pouvoir convertir plusieurs étudiants toulousains à notre bentomania, de plus que dans notre fac, aucun problème nous avons des foyers à notre disposition avec couverts, sauces, micro-ondes…
    Un dernier mot pour la blogueuse: un très joli blog avec de jolies photos et des bentos simples et inspirants, bravo!

    • Merci de ton témoignage, tu as de la chance d’avoir ces facilités dans ta fac :). Et merci aussi d’aimer mon blog, ça me fait très plaisir et ça me pousse à continuer ! Alors continue toi aussi à faire des bentos ;).

  6. Bonsoir,
    Je suis également étudiante à la fac (Nanterre) et j’aime me faire des bentos 🙂 . Je pense que malgré tout ce que vous dites le temps entre parfois en compte dans cette question. Pour ma part j’ai entre 25 et 30h de cours/semaine et 3h de transports/jour je rentre donc généralement vers 19h ou 20h et sachant que je me lève à 6h et qu’il me reste mes devoirs je ne suis pas toujours motivée T_T . C’est pourquoi je fais moitié/moitié là par exemple je vais 4jours à la fac et je fais 2jours bentos, 2jours sandwichs. Pourquoi j’ai décidé de mettre aux bentos ? Parce que je n’ai que 30min pour manger le midi donc pour le resto u quand il y a une queue de 3km c’est cuit. Et les sandwich après un an à en manger tous les midis je ne pouvais plus en avaler un seul, c’était plutôt me gaver pour tenir la journée que vraiment profiter de ma pause repas ! >_< Alors un jour, j'ai passé commande et j'ai reçu ma petite (pas si petite que ça en fait vu que j'avais pris une grande xD ) boite. Franchement j'en suis ravie ! J'ai vraiment appris à savourer à nouveau mes repas et à prendre plaisir à manger le midi. La pause pour manger me redonne de la motivation. C'est vrai comme vous le dites toutes je fais parti du tas "pas-très-grandes-cuisinières" et c'est donc des choses simples qui se trouvent dans mes bentos mais joliment mises en valeur et plutôt équilibrées elles me plaisent bien (même si ça a demandé un peu d'organisation au début). Voilà, je voulais revenir sur un point essentiel : le manque de place. Dans ma fac nous sommes 34000 étudiants et il n'y a pas un seul espace autre que les cafets pour manger à une table. Alors, nous sommes tous entassés sur les malheureux bancs (surtout maintenant que l'hiver arrive) tout courbés à essayer de manger ou assis par terre sur le sol plutôt crade. Et c'est franchement pas facile de manger son bento ! De plus, sur toute la fac il n'y a pas un seul micro-onde c'est donc repas froid tous les midis. Il y a vraiment des choses à revoir dans nos bonnes vieilles facs !

    • Merci pour votre témoignage ! C’est vrai que le temps est très important. Même en ayant pas de devoirs, on a toujours la fatigue du soir qui ne nous aide pas à préparer le bento du lendemain… Je comprends tout à fait ce problème !
      Pour le problème d’espace pour manger dans les facs, je crois que ça devient très (trop) récurrent en France et après on s’étonne que les jeunes mangent mal ! Entre sandwich et resto U pas bon et plein à craquer, on fait vite le pas.
      Bravo d’avoir passé le pas et encore merci de votre témoignage ! Vous n’êtes peut-être pas un grand chef (comme moi bien évidemment :P) mais au moins la cuisine faite maison remonte le moral vu que c’est toujours fait avec amour ^^.

  7. Je suis en apprentissage et une à deux semaine par mois je suis à l’école pour moi c’est important de manger sainement, j’ai donc découvert le « système lunchbox » cela va faire deux ans que je me fais à manger chaque soir en rentrant de l’école, et j’ai même quelquefois le temps de poster quelques articles sur mon blog.Quand on veut faire des efforts pour son alimentation il faut avoir la motivation, sinon c’est sur que tous les soirs j’abandonnerais vite la cuisine en me disant allez hop demain sandwich vite fais.
    Mais pour habituer les jeunes à manger équilibrer il faudrait déjà arrêter de leur proposer des pizzas ultra grasses au restau U.

    bonne journée

    • C’est sûr qu’il faut être motivé(e) et ne pas tomber dans la facilité du sandwich qu’on achète vite fait à midi !
      Les pizzasa ultra grasses du resto U doivent vraiment pas être goûteuses :S. C’est vraiment toujours la même chose avec ces restos U !!!

  8. Adepte du bento depuis plus d’un an (j’ai la chance d’avoir le bento, les baguettes, le sac et bientôt un nouveau bento kokeshi pour la soupe!), je remarque quand même que de plus en plus d’étudiants ont recours au lunchbox. Même si ce n’est que dans un simple tupperware, le fait de réchauffer les restes de la veille, ou de manger froid en ayant fait sa quiche ou sa salade eux même est beaucoup plus sain et économique que le Self.
    Lorsque j’étais en IUT, le RU se trouvait à 15min à pied de mon école. Comme il y avait un Leclerc et un Subway juste à côté, la plupart s’acheter une pasta box ou un sandwich dans le centre commercial. Mais en fin d’année, il y avait beaucoup plus de monde qui mangeait leurs haricots verts/jambon à côté de moi qu’en début d’année.
    Maintenant que je suis en apprentissage, j’utilise mon bento en entreprise (malgré le self qui propose de super bonnes choses, mais il faut compter 5€ le repas) mais aussi au CFA. La queue pour aller au Self est immense, et j’utilise ainsi pleinement mon heure pour manger.

    Tout ça pour dire que même si on est pas doué en cuisine, ou si on aime pas trop ça, beaucoup d’étudiants ont recours au Lunchbox pour manger. Parfois leur repas n’est pas si diététique que ça (par exemple les pâtes crème gruyère aux lardons), mais au moins ils font l’effort de se faire à manger. C’est un grand pas je trouve.

    Pour ma part, faire la cuisine est un moment de repos et de détente. J’essaie toujours de varier mes Bentos en cherchant de nouvelles recettes faciles à faire et à transporter (petites quiches, boulettes, et beaucoup de recettes japonaises, j’en suis friande). Je crois que c’est un phénomène qui peut se développer, sans compter la « mode » des bentos depuis 2/3 ans.

    Je ne sais pas si j’ai été claire mais je voulais juste dire que oui, les étudiants peuvent aussi se faire des bentos.

    • Oui tu as été très claire et je trouve super de voir que les choses évoluent dans ce sens ! C’est la même chose pour moi, pour aller au self, il faut faire la queue pendant une demi-heure, pour manger vite vite et repartir… Au moins avec son bento, on prend au maximum 5 minutes pour le réchauffer et on mange tranquillement ! C’est beaucoup plus agréable de profiter de sa pause déjeuner comme ça plutôt que de courir dans tous les sens ;).
      Merci encore pour ton témoignage :).

Répondre