Bento interview : Mes bentos à moi

Bento interview : Mes bentos à moi

blog de pomi bento 2

Aujourd’hui je vous livre la dernière interview bento que j’ai reçue ! Donc pour la suite, tout dépend de quand je recevrai les retours (je fous la pression hein !). C’est une petite nouvelle qui nous rejoint dans le monde des bentos, mais surtout dans le monde de la blogosphère : Estelle nous montre ses bentos sur Mes bentos à moi, mais nous parle aussi de cuisine et de lecture.

La nature est, comme chez nol de nol, omniprésente et me donne à chaque fois l’impression de m’évader et de partir en vacances. On peut toujours rêver, non ?

Bento Blog : Peux-tu nous en dire un peu plus sur toi ?

Estelle : Je suis enseignante vacataire et j’ai 32 ans. J’habite en Normandie (la Haute, hein, pas la basse, et nous sommes contre la réunification ;P) en pleine campagne, à 15 minutes du premier supermarché et au milieu des vaches et des chevaux. Je viens de la ville, alors le potager est encore au stade expérimental, mais nous rajoutons des plantations tous les ans. Cette année, on teste les tomates en pleine terre, en plus de la rhubarbe, des potirons et autres framboises. Environ trois jours par semaine, je vais « à la ville » pour travailler, à Rouen pour être plus précise, ce qui me change et m’oblige à faire des bentos qui ferment ;).

Bento Blog : Comment as-tu découvert les bentos ? Quand t’y es tu mise et pour quelles raisons ?

Estelle : J’ai découvert les bentos en lisant Détective Conan l’été dernier. Dans un des premiers numéros, il y a des pages qui décrivent les gadgets qu’il utilise, et il y a un bento qui fait aussi radio. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai eu envie de voir un peu ce qu’on pouvait trouver sur google (heureusement qu’il est là, celui-là) sur les bentos et je suis tombé, bien sûr, sur le site French-bento de Mook, que j’ai suivi quelques jours avant de me dire que c’était vraiment ce qu’il me fallait pour la rentrée.
Un petit tour chez Bento & Co, une semaine d’attente, et me voilà équipée d’un suuuuperbe Owan Tsukimi pour retourner au bureau. Comme j’allais à Paris pour une expo la semaine suivante, je suis aussi passée chez Komikkou et je disposais d’un premier kit convenable pour commencer.
Je me suis entraîné au mois d’août, pour les piques niques ou les déjeuners dans le jardin, et au mois de septembre, je me suis dit que j’allais voir si j’avais le courage de me faire des boites tous les jours. Les tupperwares, ça ne marchait pas, trop moches et pas d’idée. Résultat, je ne vais plus à l’épicerie que pour acheter du pain frais, et je mange nettement mieux !
C’était un objectif secondaire, mais j’ai aussi fait des économies.

Bento Blog : A quelle fréquence fais-tu des bentos ? Pour qui ? Combien de temps mets-tu pour faire un bento ? A quel moment le fais-tu ?

Estelle : Je fais des bentos trois ou quatre fois par semaine. J’ai quatre options. Si je suis la seule à avoir besoin d’un bento, je prépare une portion du dîner en plus pour le lendemain midi. Quand nous sommes deux à manger dehors, je fais un plat différent et je prépare en même temps les bentos et le dîner. Quand je n’ai pas prévu ou que le dîner se résumait à une pizza au four, je mets dans ma boite tout ce qui me tombe sous la main le matin, avant de partir. Dernière option, si je suis seule pour manger à la maison, je me prépare un plat que je vais manger devant l’ordinateur (version hiver) ou dans le jardin (version été) et je le mets dans un bento.
Je mets donc 5 à 10 minutes pour remplir mon bento, et 30 minutes pour préparer ce que je vais y mettre (et je m’aperçois que tout est prétexte à faire un bento…).

Bento Blog : As-tu des trucs ou astuces pour préparer ton bento ?

Estelle : Pas vraiment. Je ne prépare pas de bouteille de sauce à l’avance, j’ai ma bouteille de soja au bureau, et mes bentos sont rarement figuratifs, ce que je réserve pour les concours ou les jours où je suis inspirée.
Par contre, quand je fais un concours de bento, je dessine mon idée à l’échelle pour pouvoir faire des gabarits de coupe ou je note les ingrédients dont je vais avoir besoin pour aller faire les courses.
J’ai aussi acheté des petits moules à muffins et je prépare des petites portions de cake salé ou des versions plus petites des différents gâteaux ou tartes qui sortent de mon four.

Bento Blog : Quand as-tu commencé ton blog ? Pourquoi ?

Estelle : Mon blog n’est pas très vieux, je crois bien qu’il a trois semaines ;).
Je faisais des photos de mes bentos les plus réussis et je les mettais sur Facebook pour montrer à mes amis à quoi ça ressemblait. Je trouvais ça un peu limité, notamment pour les commentaires qu’il est possible de faire autour des photos. Et quand on n’est pas intéressé par les bentos, j’imagine que regarder des photos de boites en boucle n’est pas passionnant.
Je me suis donc lancée pour pouvoir partager des idées, des recettes, et j’avais aussi envie de participer à des défis lecture, ou des chaînes comme le tour du monde en bento, par exemple. Il y a donc quelques billets qui ne parlent pas de bento sur mon blog, surtout le weekend.

Bento Blog : Que trouves-tu le plus difficile dans le fait d’ouvrir et de tenir un blog ? Le plus intéressant et réjouissant ?

Estelle : Je crois que le plus difficile, c’était de trouver un nom de blog qui me plaise.
Ensuite, c’est l’aspect technique. J’ai enfin apprivoisé mon logiciel de traitement de photo (quoique les résultats ne me plaisent pas encore complètement), mais je viens de me battre 3 jours avec overblog pour afficher ma bannière. On ne sait pas toujours quelle plateforme choisir quand on commence, et je m’aperçois maintenant des limites du système.
En revanche, le plus réjouissant, c’est de voir ses statistiques monter de jour en jour, de lire les commentaires et de voir passer des gens dont on lit les blogs quotidiennement. On a vraiment l’impression de partager et d’échanger, même si cela reste limité au virtuel.

Bento Blog : Souhaites-tu ajouter quelque chose ?

Estelle : Je suis une grande bavarde (ça se voit, non ?), mais je crois que j’ai tout dit 😀

Et hop, un petit passage en vacances chez Estelle sur Mes bentos à moi et après il faudra bien retourner à la dure réalité !

6 COMMENTAIRES

    • Oui, c’est difficile de se débrouiller seul quand il faut mettre les mains dans le cambouis du html. Je n’ai pas ce problème, mais j’ai plutôt un manque de temps pour vraiment faire de mon blog ce que je voudrais :P.

Répondre